Biographie

Garo D. Reisyan est né en 1971 et a grandi à Mülheim an der Ruhr en Allemagne. Il vit aujourd’hui avec sa femme et ses deux enfants à Cologne et Dubaï.

Dès son plus jeune âge il s'intéresse de près aux questions culturelles et humanitaires, et lance une initiative visant à financer des projets de construction de puits. Il organise également des galas de charité et participe à des projets de la Croix-Rouge allemande.

Son intérêt pour les sciences et la technologie l’amène à l’obtention d’un diplôme d’ingénieur en mars 1996. Il reçoit à cette occasion la mention « excellent » et le prix de 1996 attribuée par l'Association Allemande des Technologies d’Information, d’Electricité et d’Electronique (dénommée VDE en Allemagne).

En près de 20 années d'expérience professionnelle il occupe des postes de responsabilité dans diverses entreprises de dimension internationale. Chef de service de production chez Procter & Gamble, Principal chez Droege Group, puis Responsable du développement au siège de Deutsche Bahn AG. En tant que consultant en management général, il apporte son expertise à différentes entreprises allemandes de renom ou appartenant au Dax-30. Ainsi, il a dirigé nombreux projets et transformations des sociétés à portée stratégique, de réorganisation ou de fusion-acquisition. Depuis 2009, il travaille en tant que consultant indépendant et accompagnateur de gestion (executive coach) dans les domaines de la fusion-acquisition, du fitness en entreprise ou de la culture organisationnelle.

La question du comportement humain dans les organisations et le sujet de la culture organisationnelle sollicitent déjà sa curiosité à partir de 1999. Il réalise dès le début que la culture a beaucoup à voir avec le « moment de la perception » ainsi que le traitement qui s’ensuit de ce qui a été perçu, et que les neurosciences sont un domaine clé à cet égard.

Au terme de deux ans et demi de recherches il développe et teste un nouveau concept de culture organisationnelle qui intègre les nouvelles découvertes sur le cerveau et la recherche émotionnelle. Il s’agit de la « Neuroculture Organisationnelle » (en allemand « Neuro-Organisationkultur ») publiée par Springer. Ses résultats offrent un nouvel éclairage sur la vie humaine, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières organisationnelles.

Dans le cadre de séjours prolongés dans des régions éloignées du monde, il vit diverses expériences culturelles enrichissantes. Il traverse par exemple la jungle de Bornéo (Kalimantan) en solitaire et séjourne à plusieurs reprises au sein de tribus autochtones vivant sur le mode de traditions séculaires en Asie et en Amérique du Sud. Il parle six langues, dont quatre couramment.

Comment est-ce que le fait de cultiver l’esprit et le corps a un impact sur la perception, le traitement de l'information et la formation d’une opinion : là est le sujet d’intérêt central pour lui. Il est convaincu que la connaissance des aspects culturels est « la » discipline clé importante pour répondre aux défis du 21ème siècle et qu’il s’agit d’une condition nécessaire pour une gestion durable dans les organisations mais aussi pour la société dans son ensemble. Son objectif est de contribuer à apporter une plus grande connaissance des aspects culturels dans les organisations et au sein du public en général.